Avant que l’inbound marketing ne devienne un terme branché, son domaine d’activités, à savoir la création de contenus et sa publication en direct ou par médias interposés reposait sur les épaules des relationnistes, avant que les marketeurs inbound ne se le réapproprient à grand renfort de campagnes numériques d’évangélisation aux bienfaits du « marketing entrant ou permissif ». Dans son traité de chimie publié en 1789, Antoine Lavoisier, chimiste et philosophe français affirmait déjà que « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Cela est également vrai pour l’inbound, l’outbound, le push-marketing, le pull-marketing et les relations publiques.